dimanche 1 juin 2014

Eldarodo à l'autre 8 et 9 "un fol de Gaspar Noé", "salade et Chicon"

pour vous tenir en éveil pendant mes vacances
eldorado à l'autre 8 et 9


eldorado à l'autre 8
Un fol admirateur de « Carne »
et de « Seul contre tous «  de Gaspar Noé

Le bout de sa chemise rose
J’apercevais la matière molle.
Comment pourrais-je avoir un membre
tel un clown marionnette à doigt de tricot
manipulable. Pas de durcissement.

Elle sortit des limbes de son intelligence
Même si c’était sa première fois
Il me le faudrait œuf  dur pas mollet.

Autrement cela virera en séances de travail
 – Pas sa maitresse-
Il avait oublié en me regardant dans certains films
Que c’était une composition.
Je n’étais pas la femme qui le faisait fantasmer.
Dommage les cocos.

Je réalisais que ces femmes là sont très recherchées.
Dans la sortie des films où je campe cette personnalité
La ribambelle des clowns ont afflués
Entrepris de me séduire comme je n’avais jamais connu.

Je dus leur dire  que celle que je jouai,
n’était pas moi, mon caractère de base
était tout autre chose.
Ils ont vite compris ils ont fui, ils n’ont  plus jamais frôlé.
La castratrice s’entend avec des angoisses de castration
Alors les deux formes des couples  merveilleux
Ils peuvent jouer du charme de l’envoutement
Jamais il n’y aura la bête à deux têtes.
Couples très forts et grands complices dans les non dits.

eldorado à l'autre
 9
La salade et le chicon

Les mains dans ma salade
Il avait décidé de ne pas manger avec ma copine.
Invitée au dernier moment
Il s’était installé à mes pieds sous la table du château.
Le majordome  très stick, très pince sans rire,
 très anglais comme beaucoup de personnes bordelaises
 ayant vécu sous la domination anglaise après la guerre de cent ans.
 La copine avait son appétit d’oiseau, surtout besoin de quelques conseils
Pour sortir avec l’homme  mon julot qui était sous la table.
Je lui dis tu sais nous sommes tellement différente physiquement
que ce qui marchent pour moi vue son corps de grande gigue
cela marcherait avec d’autres appâts. En ce moment il est en main,
je te conseillerai de reluquer ailleurs,
il a l’air  avec sa nouvelle conquête accroché
 comme une bernique à son rocher.
Le julot, mon julot avait coupé avec son canif suisse les deux cotés de mon slip
Entre la langue besogneuse, il adorait les berlingots
Et les clitos.
La conversation était dure à tenir ainsi que les silences ou je devais  maintenir les lèvres collées afin de ne pas laisser échapper quelques bruissements de ressacs.
Une odeur poissonneuse se répandit dans l’atmosphère
Dans la salle à manger de mon défunt mari. Les cendres nous revenaient du large avec du goémon.
Ma copine le feu aux trousses me quitta très vite pour arriver à piéger le Julot.
Déjà dans mon oreille j’entendais  les cercles de bois glisser sur  la grosse tringle de chêne de mon lit breton Nous allions au claquement de la porte nous  assaisonner la salade et le chicon.
Je proposais à mon majordome de prendre quelques jours de repos.
Je reteins les ronflements de mon alfa Roméo ma carlingue  alambique de plaisir jusqu’aux bruits du moteur de sa 504 Peugeot décapotable de Charles le majordome.

le château était dans le médoc aprés Pauillac


 
bon lundi et très bonne semaine
  

2 commentaires:

  1. un château...des belles au bois rêvant !
    bonnes vacances Frankie
    bisous

    RépondreSupprimer