vendredi 24 mars 2017

retour aprés panne un vieux dérushage

 coeur sensible s'abstenir


voyage quand j'étais devenue aveugle

 à 18h 30 çà ferme.
 la pharmacie des gros medoc
 je ne vois plus




 je suis aveugle quasiment

 enfin l'autorisation de rejoindre la bretagne

j'ai les médoc je peut prendre le traincommencement à voir l'effet lifting cortisone



les photos sont de frankie toutes.
je viens juste de découvrir comment derusher

en regardant ces photos, je pleure.
comment  à part les rares exceptions et le blog fut très important
les amis ont désertés ma vie .

et...
et je vois tout ce que j'ai mis en joue pour resister contre la grosse bête dévorante.

oui... mon oncologue me demande d'écrire je disais non

mais je vois l'angle
 pas comment resister dans le desert humain

et ce que maintenant je dois faire car le deuil de ceux de l'abandon est necessaire à faire
 car c'est un autre combat
contre le rien
 le plus rien
 fait de drôles de nappes fréatiques très destructrices

je suis dans ce combat et decouvrant les images mon combat est de retour..

désolée entre la panne de mon serveur 


livrée à plus rien ce fut un gros tunnel. sans vous

excusez moi c'est de l'hyper réel,
 quand je serai al dente à la vie 
je remettrai de l'humour...

frankie Map 's monde



12 commentaires:

  1. Frankie, ça va très mal,là! Tu m'inquiètes! J'espère que tu as du soutien pour ce weekend... Es-tu en Bretagne, vraiment? Désolée d'être si éloignée, je me sens impuissante! Courage, même à distance, on t'aime, on pense à toi! Tiens le coup et reviens-nous avec le sourire!

    RépondreSupprimer
  2. je suis à paris
    je suis seule comme d'ahbitude
    lais comme le dit le mot je suis à nouveau au combat
    t je serai gagnat , j'expulse le residuel de l'abandon ,
    merci GINé
    là je fais reférence au passé de çà crabe je suis quasiment guerri
    le corps ne laisse rien en arrière tant que c'est pas nettoyé

    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je relatais le passé du crabe
      là ca m'est tombé dessus
      maintenant j'épure tos les abandons humains en cette période
      où je me suis raccrochée à vous les amies , blog

      Vannes n'est pas au programme
      mais quand on trouve la raison
      le plus dur est fait

      aujourd'hui la vie a rejailli.

      Paris n'est pas tendre

      les rapports se durcissent de jour en jour alors
      faut être costaud gastaud et être un samouraï
      je m'y emploie dur moi qui aime tant la paix de devenir samouraï
      mais j'ai fait de l'Haikido

      merci
      c'est derrière et quand on dit derrière on ne s'y retourne plus

      tendresse aussi belle que ce montage et ses gammes de couleurs merci
      Le combat commence.

      Supprimer
  3. Je t'envoie des bises et du courage pour tes combats.

    RépondreSupprimer
  4. plein de bises Frankie....

    Demain est un autre jour

    RépondreSupprimer
  5. "..) Comme les larmes montent aux yeux puis naissent et se pressent, les mots font de même. Nous devons seulement les empêcher de s'écraser comme les larmes, ou de refouler au plus profond. Un lit en premier les accueille: les mots rayonnent. Un poème va bientôt se former, il pourra, par les nuits étoilées, courir le monde, ou consoler les yeux rougis. Mais pas renoncer.(...)"
    René Char

    RépondreSupprimer
  6. Toutes ces couleurs autour de toi vibrent de la tendresse que nous y accrochons, de loin mais de tout cœur.

    RépondreSupprimer
  7. Frankie c'est dur de te voir tant souffrir, mais tu es une gagnante et maintenant tu fais bien d'évacuer tout ce noir à l'âme, coup de balais salutaire...
    les amis (es) sont près de toi et par la pensée une grande communion que tu dois ressentir près de toi
    gros gros bisous

    RépondreSupprimer
  8. merci très fort , c'est bon des mots chads sensibles oui, c'est bon merci

    RépondreSupprimer
  9. Je suis impuissante devant vos souffrances. Mais je sais que vous êtes courageuse. Respect.
    Bises.

    RépondreSupprimer
  10. Dimanche
    je suis impuissante devant vos souffrances. Mais je sais que vous êtes courageuse. Respect. Bises. sur retour aprés panne un vieux dérushage
    Vous savez l’impuissance n’existe pas. Mettre sur un blog des écrit à partager et comme c’est un peu compliqué c’est l’excuse pour ne rien y commenter et mettre à la limite celui qui les à a écrit , devoir se plier à ne plus partager les choses pour les quelles nous y mettons le cœur
    se mettre à couper et choisir que 4 phrases les meilleures les plus lisible ect … ok c’est bon
    mais à un moment comme le monde entier à la métropole agit de la sorte et on faillit se faire casser la gueule pour ne pas parler français.
    Parce que vous marchez avec deux cannes on vous envoie paitre et vous marcher depuis des années sans personnes dans vos pas.
    Ect…
    Je ne peux me résoudre à aller puiser dans le répertoire des petites histoires comiques du web
    Alors on fait au plus bas.
    Et ce n’est pas çà qui fait la ligne de flottaison.
    Obliger de ne communiquer en limitant les mots qu’à ceux qui se mordent le cul ou la tête pour mettre un mot. De temps en temps , j’attends des mots un minimum d’engagement de la pensée.
    Et au commentaire donner généreusement ne pas y lire de petits retours, alors nous coupons.
    Je me réinvente.
    Je vous sais régulièrement présente mais sans commentaire il y a un moment où l’élan se meurt, je suis de la génération de dons et contre dons car c’est aussi un chemin d’évolution.
    Mon atelier d’écriture s’appelle vers le Haut l’Hajat.
    Je relate les suites d’une expérience celle de l’abandon d’amies parfois de 30 à 40 années face à un gros cancer.
    Et se reprendre le retour de flamme de cet abandon massif après guérison où on a du mettre en place un structure d’art thérapie au lit et dans mes valises pour offrir de la résistance car on sait que les premiers à partir dans un cancer c’est celui qui n’est pas accompagner.
    Et un retour … mais je craque car je me suis épuisé à ce combat, je sais que l’on peut attendre pas grand-chose de personne.. Mais un jour on ne peut rentrer dans la leçon et la jubilation de mordre de l’instant car nous connaissons cette pratique car d’heures en heures c’est avec çà ma substance. Et après tous ses écrits lus, et tous les commentaires mis sur votre blog.
    On se demande où se loge l’écoute le partage.

    RépondreSupprimer