lundi 27 mars 2017

SalouraÏ island



Salouraï Island
Carte postale : le pousse pousse

Je viens de débarquer sur une île en face de Tokyo.
 Je pense à un texte de Pierre Loti. Il me semble la reconnaitre cette île.
 Le stage de samouraï buto - météorologie du corps commence demain.
Du tarmac aux bungalows, je choisis le pousse pousse,
Quitte ! à se réinventer !
 Le  cheval  indigène : un pédalo sur terre battue.
Rejoindre ma case sur pilori au-dessus du massif de coraux.
Une haie de corètes du Japon dont la floraison dure longtemps.
Jaune  mimosa avec une pointe de terre de Sienne.
La toilette dans une baignoire de bois, dans la caresse de pétales de  pivoine,
 autres fragrances inconnues palpitantes  à narines.

 ...des roses de Paestum dans un vase de Nola sur ma table de nuit de Bambous.
La japonaise comme dans les estampes  est en tenue de geisha. Elle   touche le corps à dégager des effluves de couleurs  et libère des vieux émois enkystés de recoins rarement visités.
Sur le ventre voguant sur le water bed, caresses de ses propres vagues et des vagues de Pearl  de Pearl ..une  sensualité "al dente" torride est offerte dans la plus grande déscence. Pearl s’applique  à un massage shiatsu.
 Le nez dans mon intérieur et sur l’horizon vaporeux des zones de chaleur et de brumes du soir.
Palette infini des bleus de l’univers comme la collection Dior automne hiver 2017-2108. Le livre Bleu de Pastoureau.
Le maitre appelle dans des harmoniques de clochettes de métaux précieux .
Ces alliages  créent des tierces majeures et beaucoup d'accords potentiels.
Somptueuses clochettes,  de veloutés de sons,





Ariane conjugue son musicien aux sons du Nö et du Buto.
La forêt épaisse d’une jungle presque vietnamienne fournit les chœurs : insectes, oiseaux et chutes de fruits sur de la tôle ondulées.
Pearl me présente mon  « akama » blanc.
Une pirogue accoste  l’échelle de mes piloris et embarquement sur un grand dériveur.
Nous nous y découvrons tous et toutes.
Le silence règne chaque heure, trois quart d’heure.
La parole donnée dans l’écriture animée par Nicolas Bouvier et Ingrid Thobois : qu’après les retours d’écritures.
Mes chers fraternels amis ,
Carte postale :la langue de sable les amarages des barques à voile
Merci, de m’avoir accompagnée avec mes deux talons d’Achille.
pour la vie qui s’installe : être samouraï  de sa vie au quotidien.
Epoux vous aussi de l’essentiel.      Olivier D, Francis A, Mr. Wagram,
Le garage au bateau est sur une langue de mer, leur bite d’amarrage : une ligne de hauts palmiers noix de coco,
Vous flottez autour de moi: magnificat : nos respects réciproques en nos excellences et nos spécialités, font de ma vie qu’elle se nomme encore vie.
Nous sommes les meilleurs à rencontrer les hasards....
 La chaleur de notre adieu à la passerelle de l’avion, -vous m’avez dit en chœur :
" c’est pour bientôt"!-
 Pour tous c’était un point d’exclamation.
L’évidence de l’endurance à la Durance.
  Ma joie a gonflé, mes alvéoles pulmonaires dans la beauté d’un vol de palombes qui après le passage des Pyrénéens ont pu échapper aux sauvages du Cap ferret entre le bord de mer et la trouée de sables vers la Vigne.

Mes yeux s’envahissent des couleurs de la baie de Somme de la marée haute et basse, 
de l’aube au crépuscule du verdurant au morboreums.
Le pain, le vin  le corps et le sang dans la verticalité de la voie de l’être.
Votre sœur – amie …

7 commentaires:

  1. la dernière phto de moi Piloris pilotis
    bonne lecture.

    RépondreSupprimer
  2. Tu as réveillé mes vibrations No tokyoïtes, c'était à la même époque, les cerisiers étaient en fleur, ta photo a fini de me mettre le cœur à l'envers...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. quelle belle idée que de nous offrir ce texte charmant qu'ils auraient pu être poussé en toi.
      merci d'avoir partagé mon île Salouraï
      tête à l'envers comme les "Sankaïjoukou" les mais de Tanaka min
      BEAU PRINTEMPS

      Supprimer
  3. J'ai fait un magnifique voyage dans ma tête grâce a ta superbe note si bien écrite et illustrée. Merci et bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. u sais des youngiennes c'est important dans ses fréquentations car le chemin de Young est une grande voie et comme par les temps d'aujourd'hui ils sont unique et j'aime des croisement de telles pensées ravigotées dans les vivant de la vie. alors merci aussi

      ta venue sur mon blog aussi m'a fait un bine merveilleux car telle était un voyage comme un rêve eveillé
      pour resister et prendre vent arrière à notre pulsion de vie.
      et toi et manouche vous l'avez pris aussi simplement qu'il nous le fut écrit
      merci je suis contente la journée va être bonne.

      Supprimer
  4. je reviens pour lire intensément Frankie, tes pages ne serons pas galvaudés en secondes superficielles
    elles sont précieuses et méritent le temps comme les caresses de tes mots
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. àjosette , merci l'on voit que tu es une aguerrie de mes textes tu sais qu'il ne se livre pas en coup de vent et celui qui s'y donne doucement en reçoit de belles effleuves pour lui car en écrivant tu le sais l'autre à vraiment sa place chaque mot est pensé pour une belle abréaction des terres personnelles de l'autre et aussi ses inconitas mais elles sont siennes
      ton message déjà le caresse , il t'attend.
      je te félicite de toutes les phtos que je reçois dont ton detroit de Corinthes et bien d'autre encore
      Prends ton temps il est là;

      Supprimer