lundi 1 août 2011

Le sculpteur son modéle ; LE COURS



LE DOS DE FRANKIE POUR A PUB DE virgin megastor pour la musique au Louvre
avec un trafic pour vous cacher mes fessiers







LA PATRONNE DU BORDEL DANS LE PACTE DES LOUPS DE Christophe Gans
LA SCULPTURE DANS LA CHAMBRE

Sur la sellette quand PlaM’ arrivait , le sculpteur posait des couvertes sur le nid du modèle, autour les femmes allaient et venaient avec leur tas de glaise la mise en place des outils. PlaM’ se déshabillait à l’écart et s’enroulait de pagnes. Il tenait la sellette PlaM’ s’installait ? elle lui proposait ses poses. Il s’éloignait cligner des yeux vérifiait les lignes de forces l’histoire qu’elle lui racontait, l’universalité de sa densité plus tard en bronze sur la place du village où comme la sculpture de Volti à la sortie du métro des Arts et métiers .IL prenait le temps de choisir la pose ; Celle qu’il choisit pourrait s’appeler « Embarcation pour Cithare en chaire » vous avez fait une faute d’orthographe ! Non ! IL avait souri à son modèle. Cette réponse confirmait son choix. « Oui » PlaM’ était un grand modèle . Elle lui faisait écrire une nouvelle à chaque pose. Tout était dans la pose, Il y lirait ses mots, découvrirait son énigme jusqu’à la dernière boule de glaise qu’il rajoutera , retirera , polira. Trois jours , 5 heures par jours ; Il ferait l’ascension de ses collines , de ses arrêtes, de son défilé, ses plages, ses rizières, ses pleins, ses déliés. Elle allait lui donner du fil à retordre. Ses élèves , la plupart sont ménopausées, elle ont connu de l’amour que les obligations du mariage, de plus en plus espacés jusqu’à la chambre à part. PlaM’ était un fruit offert, une abondance en devenir, un alliage alchimique, un frison , une mélodie, un gazon au pied d’un temple Zen. Comme une prêtresse, PlaM’ les inonde de sa grâce, de sa générosité, le silence vibre d’amour, de sourire angélique, les poses sont courtes et silencieuses. Chaque jour les femmes portent de tartes , des cakes au rhum et fruits confits avec de l’angélique, la couleur de leur habit change en éclat de lumière, PlaM’ offre la magie du divin de l’amour. Le cinquième jour la tension est grande. Ce corps, cette pose multiplier par 12 ; nous sommes en Grèce dans un temple d’Aphrodite, les vestales sont là avec leur timbale de désir qu’elle offre à boire comme le verre d’eau à l’entracte de « Ephéméres » le spectacle d’Ariane Mnouchkine. PlaM’ à chaque petit bout de glaise posée retiens ses expressions, lui sent comme s’il lui faisait une caresse à distance, est-ce lui qui a commencé, est-ce elle, les autres ? A la pose PlaM’ il échange quelques mots , il aimerait la toucher , çà brûle.
Un élan irrésistible s’empare d’eux , l’un l’autre en même temps se recule comme surpris l’un , l’autre de ce qui s’y passe.
A cette fin de sculpture ils ne purent se dire au revoir. .
Elle l’aperçut plus-tard à son bar boulevard Raspail en sortant de son boutiquier il était les yeux dans le vagues en tournant infiniment son café. Pla M’ s’installa dans l’arrêt de l’autobus en face du café, elle laissa passer quelques que bus. Il fallait rentrer chez soi.

FRANKIE PAIN IN L'Hajat avec Robert, Johanna, Annajo, Chantal.
SOUS MA DIRECTION


4 commentaires:

  1. J'en apprends tous les jours sur toi!
    Bisous et très belle journée joli modèle!

    RépondreSupprimer
  2. C'est vraiment très bon :)
    séb h.

    RépondreSupprimer
  3. Tout un plaisir de faire ta connaissance, et de me permettre de faire partie de La maison :)
    Une belle promenade entre Man Ray, Ingres, Mnouchkine et tutti cuanti autore.
    Merci de partager ta joie, ta bonne humeur, et tout ton art avec moi.
    La bise.

    RépondreSupprimer
  4. merci de ta venue chez moi,
    j'adore tes billets
    il faudra que je te mette en relation avec une nouvelle rencontre ANaïS Delcroix QUI A QUELQUES POINTS PROCHES DE TOI
    C'EST Délicieux
    tu est une de mes belles découvertes de l'été
    je te lis chaque fois que tu édites
    à bientôt

    RépondreSupprimer