dimanche 7 août 2011

naissance d'un bête seller ; l'homme aux yeux couleurs d'huîtres


lE JEU DE LA DRAGONFLY DE FRANKIE

suite à cette image et aux commentaires que je fis dans le billet qui était à 'heure du déjeuner ce dimanche

pomme d'almanachroniques

L'homme aux yeux couleur d'huître.... en voilà un titre de roman...
T'as plus qu'à l'écrire... tiens...
7 août 2011
et de lui répondre commence
ceux où celle qui aimerait se joindre à cette écriture se méle à nos encres
nous prenons en charge un déroulé et en écrivant suite vous nommer le blog où la suite sera écrite
à la fin trouve un éditeur
le tout et de respecter les ingrédiants que l'autre a mis pour les faire revivre
et que les personnages évoluent d'un épisode à l'autre
et de mettre le meilleur de nous

nous avons d'argent les unes les autres au moins pour nous payer au smig nos heures sur le web et y servir nos qualités et je suis sur que nos talents nos imaginaires
çà va nous faire du bien des bulles

allez
la première à écrire et pomme aprés c'est moi
et si vous vous manifestez un billet tous les 5 JOURS POUR TENIR EN HALEINE
J'AI GARDER LES DEUX PHOTOS POUR QU'elleS tiennent dans e points de départs.




L'homme aux yeux couleur d'huître.... en voilà un titre de roman...
T'as plus qu'à l'écrire... tiens...
7 août 2011

FRANKIE PAIN a dit…
et bien ma chère pomme ok
écrivons le à deux mains où trois ou quatre mains
c'est toi qui à vue le titre c'est toi qui commence tu édites et tu mets suite chez FRANKIE
SI QUELQU'UN VEUT SE MÊLER à CE LIVRE LE TOUT C'EST DE RESPECTER les ingrédients qui son mis dedans
on a besoin d'édité facile rapide çà mange pas de pains et il y aura du rebondissement.
SURVEILLANCE DE LA CHATTE DE LA MAISON
NOUS POUVONS déguster en paix la pêche du matin
diable si un homme avait la couLeur des yeux des huîtres je lui dirai rentre vite sous les jupes à ta maman autrement gare à tes entrailles !

10 commentaires:

  1. Bon , ben je commence puisque ça suffit pas que je trouve le titre!!!
    Ah lalalala! C'est le bagne;
    Donc:::
    Il avait laissé ses yeux dans un parc; Trop, beaucoup trop de coquilles! Ses yeux, s'étaient usés à force de les corriger...
    Corriger des coquilles! Pourquoi pas dresser des escargots?....
    A suivre

    RépondreSupprimer
  2. bon, je vais voir....il se trouve que V a des yeux exactement couleur d'huitre.. à+

    RépondreSupprimer
  3. BON JE TROUVE QUE C'EST UNE EXCELLENTE idée que tu nous rejoignes j'y pensais figure toi à toi et ouvrant
    elle a commencé court la mère POMME
    MAIS C'EST DU HAUT DE GAMME COMME DéBUT dés que j'aurai écrit je l'édite et je mets de lire la suite chez toi, 5 JOURS C'est mon nombre porte bonheur nous en avons besoin
    çà NOUS LAISSE LE TEMPS DE NOUS RETOURNER et je ne pas écrire n'importe quoi
    vendable
    je t'embrasse et tu n'as aucune excuse tu as ton muse sous le nez
    et j'ai souvenir de cet traversée de parc et du café et du mec qui s'assoit et qui va manger avec toi les croissants
    et l'homme dans un appartement une histoire de balcon et quelques chose c'était génial

    7 août 2011 20:22

    RépondreSupprimer
  4. a pomme
    c’est la première page çà donne le style va falloir nous plonger dans les desproges de les pierre dac,
    c’est un très bon ton, faut le tenir
    je t’embrasse et bravo d’avoir été réactive
    bzzzzzzzzzzzzzzz

    RépondreSupprimer
  5. Ne comptez pas sur moi pour ne pas avoir envie de participer !
    Mais j'ai besoin d'être adoubé... Votre ambition est belle et grande, et j'ai toujours peur de décevoir.
    Grosses bises,
    sébastien

    RépondreSupprimer
  6. ben alors que si on compte sur toi et alors décevoir c'est une échappée , une coquetterie de dérobade adoubé je ne sais ce que cela veut dire ?
    C'EST UN BILLET très paradoxale
    moi je sens que tu en crèves d'envie et que nous comptons sur toi
    l'homme aux yeux couleurs d'huîtres, et ! je le crains

    RépondreSupprimer
  7. Elle l'avait aperçu ,un matin très tôt , alors qu'il marchait le long de la promenade de la mer . De dos il aurait pu ressembler à n'importe quel touriste : veste de lin froissé ,stature massive ,cheveux drus en mèches agitées par le vent . Mais il tenait en laisse un très grand et gros chat noir et blanc qui avançait au même rythme nonchalant que son maître. De temps en temps , ce couple insolite faisait une halte pour admirer le rivage encore désert à cette heure, et c'est ainsi qu'elle pu voir le visage de profil .
    Ce qu'elle vit lui donna envie d'un peu plus , d'autant que le chat avait tourné la tête au moment où elle passait à sa hauteur : son regard vert liquide profond au milieu du masque surprenant en raison des taches noires et blanches avait accroché le sien d'étrange façon .D'un pas rapide elle avait continué et traversé la chaussée pour se poster à distance , à la terrasse du Bar des Mouettes.C'était le moment de son premier café , elle profitait ainsi du paysage ,vierge de toute agitation parasite tout en mettant ses pensées du jour en ordre : la ligne mouvante de la mer gris pâle berçait et stimulait son introspection.
    Mais aujourd'hui, tout cela était un peu perturbé par les deux silhouettes qu'elle apercevait au loin , progressant vers le phare.
    Le café ne lui sembla pas aussi bon que d'habitude , elle l'avala trop rapidement ,en se brûlant un peu la langue. Elle se dit que sans doute , l’inconnu se dirigeait vers le bistrot de coquillages qui ouvrait dès 7h .
    C’était le rendez-vous des habitués qui venaient engloutir leur dose iodée quotidienne ,pas un endroit chic, plutôt un comptoir à la bonne franquette.
    Malgré toutes ces années ,elle n'avait jamais réussi à sauter le pas: l'idée d'absorber une créature vivante ,de la sentir descendre dans son estomac, la révulsait. pourtant , ce n'était pas faute d'avoir essayé , encouragée par Monique et Gérard , ses cousins natifs de Granville, chez qui elle résidait à chacun de ses séjours . Elle en avait été quitte pour une humiliante séance de vomissements , cachée dans les toilettes du restaurant .Rien à faire , les huitres , ce n'était pas pour elle.
    C'est donc avec réticence qu'elle se mit à marcher vers la pointe rocheuse : L'homme au chat venait de s'installer effectivement à une table .Il avait posé sa veste sur le dossier de sa chaise, et portait une chemise bariolée ornée de perroquets . Le chat perché en face de lui faisait une consciencieuse toilette .
    Elle buta contre une latte disjointe et en trébuchant, alla s'installer contre le mur , il y avait un petit vent frisquet et elle aurait du emporter un gilet. Elle commanda une assiette de crevettes roses avec un verre de vin blanc.Elle observa le serveur qui plaçait devant le promeneur un énorme plateau d'huitres, ainsi qu'une écuelle de crevettes décortiquées , visiblement destinée au chat.
    Elle sursauta quand on vint lui apporter sa commande : Crevettes et pain beurré lui paraissaient soudain incongrues . Elle commença par une gorgée de vin , et au moment où elle levait son verre , l'amateur d'huitre se tourna vers elle " Bon appétit!" dit-il en souriant, puis ,saisissant une coquille , il en aspira bruyamment le contenu d'un air réjoui.
    Légèrement nauséeuse , elle piqua du nez sur son assiette et se mit à décortiquer ses crevettes .

    RépondreSupprimer
  8. ALORS MERCI BEAUCOUP LE MErCREDI SERA LE JOUR DES épisodes alors je les mettrai tous
    si tu as une ou deux images photos que le sujet t'inspire transmet les en ipeg ton nom sera mis collection et je ferai un lien des "aôutores"
    super c'est génial mon tour est passé je le prendrais aprés SEB JE T'embrasse je vais le lire en allant à la piscine

    RépondreSupprimer
  9. ".....Tu nous fais entrer dans cette pièce qui contient tes secrets de création, tes certitudes, plus souvent tes doutes je suppose.
    ...
    oui il y a des réality show il ya des visites d'atelier et j'adore d'où ce commentaire
    j'ai souhaité vous le mettre

    L'écriture en direct je trouve çà très existant un vieux fantasme
    j'ai la suite du billet de CROUCH CROUCH CETTE NUIT OU DEMAIN

    RépondreSupprimer
  10. Bravo !! Je vais lire tout cela avec soin.
    Une anecdote : un jour j'ai dit à ma soeur qu'elle avait des yeux couleurs d'huitres. j'avais 18 ans, elle 29.
    Plus tard elle me l'a reproché, elle trouvait cela ragoutant beurk
    Alors que pour moi
    1. c'était la meileure façon belle de décrire l'indéfinissable couleur de ses yeux, ni gris, ni verts, ni rien d'autre qu'eau pure en coquille et velouté d'huitre...
    2. donc c'était un compliment, moi qui ai longtemps été jalouse de ses yeux là.
    ah la la !!

    RépondreSupprimer