mardi 8 novembre 2011

bernard quental suite



Bonjour, amour devant l'éternel, Frankie et ses petits grains de sels à respirer sans modération, quand sur le point de s'évanouir et de se plaire dans l'attente. Je t'embrasse



« Un amour platonique »


Un amour idéalisé, sans relations charnelles
Une affection mutuelle, morale, et dégagée des désirs physiques, entre deux personnes de différent sexe


Les férus de littérature ou d'histoire grecque auront compris que l'adjectif présent dans notre locution est construit d'après le nom de Platon, ce philosophe grec qui vécut à cheval sur les Ve et IVe siècle avant J.-C.
Il ne nous reste donc qu'à préciser pourquoi, dans un amour platonique, le péché de chair est forcément banni, la chasteté est de rigueur.

C'est dans « Le Banquet » que Platon, en faisant raconter par un certain Apollodore ce qui s'était dit sur l'amour un soir au cours d'un banquet auquel participait plusieurs personnalités dont Socrate, Aristophane ou Alcibiade, qu'il évoque un amour idéalisé, spiritualisé, sans relations charnelles[1].
C'est parce qu'il est traduit en latin au cours du XVIe siècle, que cet ouvrage est découvert en France et en Europe et que certains s'entichent de cette forme d'amour « idéal » non perverti par des pensées sous la ceinture forcément malsaines.
Ce n'est qu'à la fin du XVIIe siècle que notre locution apparaît. On a également dit un amour à la platonique.

On peut ajouter que, de nos jours, lorsqu'on évoque un amour platonique, ce n'est pas toujours parce que les individus concernés penchent pour l'idéal de Platon ou parce qu'il s'agit de proches, mais plus simplement parce que l'un des deux ne souhaite absolument pas connaître l'autre bibliquement, autre qui est alors bien obligé de se contenter de cette forme d'amour, jusqu'à ce qu'il soit lassé et passe à autre chose.

Le deuxième sens proposé, qui évoque plus l'affection que l'amour, est repris du Dictionnaire de l'Académie française de 1932. Et dans ce sens, il s'applique aussi à l'amour que se portent (ou devraient se porter) des membres d'une même famille comme un frère et une soeur, par exemple.

[1] Platon place dans la bouche de Socrate la théorie selon laquelle l'amour n'est que du désir lui-même reflet du manque. On n'est amoureux que de ce qu'on désire avoir mais qu'on n'a pas. À partir du moment où il n'y a plus ce manque parce qu'on a celui ou celle qu'on désirait, l'amour n'a plus lieu d'être.


le banquet de Platon quelle lecture
et cet ALCIBIADE



Suite frankie pain et BERNARD quental

1 commentaire:

  1. Je pense qu'aujourd'hui, l'amour est confus
    L'amour est beaucoup plus que les sensations physiques, comme il est, principalement dans l'âme et les sens!
    très bon, refeltir sur l'amour...

    un câlin, Dear Frankie!

    RépondreSupprimer