mardi 30 mars 2010

La métmorphose du cochon :appel de témoins



je recherche des témoins d'une telle métamorphose
des CIRCÉE CONTEMPORAINE
que sais -je ?

Je suis en écriture sur le thème de la métamorphose d'un homme en cochon
alors tous vos souffleries seront dans mon oreille et je l'intégrerai à mon histoire
à voir et entendre à BORDEAUX LE 26 AVRIL

SI VOUS n'arrivez pas sur le commentaire

lamangou@yahoo.fr



GOUGET, Louis (1877-1915) : La Métamorphose (1910). Saisie du texte : O. Bogros pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (06.II.2005)
Texte relu par : A. Guézou
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] obogros@ville-lisieux.fr
http://www.bmlisieux.com/
Diffusion libre et gratuite (freeware) Orthographe et graphie conservées. Texte établi sur l'exemplaire de la médiathèque (Bm Lx : nc) du n° spécial d'avril 1973 de la revue Le Mois à Caen et en Basse-Normandie.
La Métamorphose
~*~

Créé au banquet des Avocats
15 janvier 1910.


« Dis donc, José », qu'li dit Victoire,
« J'n'avons pus d'lard dans not' saleu,
« Faudrait bien qu't'allisses à la foire
« d'Harcourt, qui s'tient tout dret annieu.
« Coule ta blaude et mets tan capet
« Et va-t-en nos cri un goret.
« Mais surtout n'luque pas trop longtemps
« Un coup l'affaire faite, r'viten,
« Car si t'avais l'malheu d'auluer,
« Et par-dessus tout de t'saôler,
« Tu serais raid'mal considéré.
« Crés-mé ! José ! Crés-mé ! Crés-mé. »
Sans répliqui, José s'nallit.
Quand su la foire il arrivit,
Il gagnit tout dret à la cage
Où grognant tertous, faisaient rage
Des cochons d'tout sexe et d'tout âge
Des truies, des gorets, des verrats.

« Boujou, José », qu'li dit Maufras.
« En voulous un. J'n'ai un gras.
« Guettez-lé. C'est rond, c'est luisant,
« Cha beut du lait comme un éfant,
« Cha peut s'appeler eune bête d'race.
L'voulous. C'hest pas qui m'embarrasse,
Car si j'n'vends çu cochon,
Je l'mène au concours, nom dé nom.
I vient d'Bayeux dret en wagon.
Ah qué pays por les cochons!...
Enfin, l'voulous ? Causez-mé donc! »
- « Hé, combien qu'vos en voudériez ?
- « Hé! Combien qu'vos m'en donnériez ?
- « J'n'en donnerais co pas bié pus
D'chent sous avec dix écus ! »
- Quérious, mais, à çu compte-là
Faudrait mieux s'mett' avocat,
Rien qu'por j'l'plaider l's'affaires d'office.
Dix écus, c'est-i d'la justice,
- Dix écus, vieux, j'crés qu'tu rigoles,
J'n'l'baillerais pas pour quatre pistoles! »
- Eh bié, gardez-lé, c'est trop ché
Y a pas d'marché fait... » Pas de marché ! »

- « Savous bié tous deux qui qu'vos êtes ? »
- « Non, mait', Jean » - « Bié, vos êtes deux bêtes
Comment, vos vlà à cent sous preus,
Cassez-mé donc la pièce en deux
Allons, José, ouvr'mé ta pouque - »
Le cochon dans l'sac fit « plouque »
Et s'mint à brair' tout à vau l'bourg,
A rendre l'tambourineux sourd.
José s'disait : « Vlà m'n'affaire faite
Man cochon su'l'dos, tout d'eune traite
J'm'en vas cheux nous pa l'chemin l'plus dret
Sans supper un pauv'sou d'café »
Mais vlà qui rencontrit maît' Pierre !
- Savez bié, l'sien du Luminaire,
Qu'était sec comme un hareng saur,
Dans c'temps-là il n'était co pas mort,
Il trachait à travers la foire
Quéqu'un qui lui payit à bère
- « Té vlà ! José! c'est du nouvé
J'vais à ta figur' qu't'as sé »
« Ah j'vos remercie, tenez maît'Pierre
« J'ai man cochon, et pis Victoire
M'attend. O frait cor eune histouère. »
- « Ah grand mal lagui, grand mal botté,
C'est donc pas té qu'est maît' cheux té
T'as peux d'ta femme, feignant, c'est elle,
C'est pas té qui porte les bertelles
Et vlà - ti pas un grand coup d'fait
Quand tu m'payerais un sou d'café
Mets tan cochon au coin de la porte,
Y a pas d'danger qu'on t'l'emporte
Vi-t'en do mé, grand débragui ! »
José n'aime pas à s'faire becqui
Comm' l'aut' commençait à l'piqui,
Dans l'auberge vlà qu'il entrit.

Y avait là tout'eune attablée,
D'gâs qu'avaient la goule alleumée,
Des gâs d'Culey, d'Croisilles, d'Clécy,
D'Saint-Martin, de Hamars, de Ceurcy,
Et jusqu'à n'un bosquain d'Lassy
Maît'Louis, maît'Cceuru, maît' Houssaie
Y pernaient chacun eune tassée
Dudouit, Dumont, Dubois, Duva,
Jusqu'au Jodu, dit Goule-d'Ava,
Qu'a les g'noux faits comme un vieux gvà,
Qu'est si feignant qu'il n'veut rien faire
Si que non, feumer, mangi et bère
- « Boujou, José ! - Boujou, les gâs. »
« Siesse-té, véyons » Ah j'n'peux pas
J'n'prends qu'un verre et pis j'men'vas
Car Victoire m'attend ileu – bas
J'm'en vas. J'm'en vas! » Mais vlà-t-i pas
Qu'n'o s 'mint à causer politique.
- « Etous co por la République ? »
« Cha dépend, véyez, j'n'sais pas
« Les gvâs n's'vend' pus, ni les vias »
- « L'aveine n'tout, l'blé est à don.
- « Cha n'marchait pas comm'cha spé donc
Au temps du p'tit Napoléon
- Cha r'viendra, p'têt bié, qui qu'no sait ?
Qué qu'vos en pensez, vous, José ?
« Ah mé, véyez, j'm'occupe pas d'cha
Cha va-t'i bié, cha va-t' i ma,
Cheux nous, no n'sait comment qu'cha va
N'y a qu'la femme qui lise l'journa. »
Vlà comm' José causait, causait
A force d'causer, il beuvait,
A force d'bère, i d'venait vaseux
I commençait à cligni d's'yeux
Sa langue était embarrassie.
Il relevait sa blaude d'eune brassie.
I n'terbuquait co pas, pourtant ;
I n'était pas sà, mais il était temps.
A côté d'li, y avait l'grand Huet
Qui n'cherch' jamais qu'l'diable à tuer.
Quand c'est qui vit qu'José s'amenait,
Sans faire maine de rien i sortit
Cherchit la pouque et l'avisit
Et d'avec elle i jastoisit
I fit d'quay - « Oui, mais qui qui fit ? »
D'quay d'rôle. Laissez-mé respirer.
Et d't'a l'heur', j'vas vos l'raconter.

- « La fille! Combien qu'il en dépend ? »
- « Vingt sous, m'sieu ! » « Tiens, vlà t'n'argent »
José s'acquitte et du coup s'rend
Cheux li, san cochon su san dos.
I faisait claqui ses sabots
Comme l'gva à not' duchesse.
- « Ah! qui disait ! Quand ma bougresse
Man p'tit cochon, va vé ta graisse,
O va s'frotter les estomacs,
Car c'est pas por menti, t'es gras
Et tu n'm'coûte co pas bié cher.
J'sieux bié content d't'avé acheté.
Et té, es-tu content, vieux frère ?
- Tiens, t'as eune drôle de façon d'braire :
C'est pas un grognement, un oinchement ;
No dirait qu'c'est comme un jappement.
Ouah, m'n'oreille s'met à côner ;
C'est les sous d'café d'cheux Binet...
Mais non, il jappe. - Ah ! l'vieux farceux.
Ce cochon-là c'est un moqueux.
I n'est pas quien. - I veut l'faire craire.
Oui mais, çà n'prendra pas, vieux frère.
Oinche, grogne, jappe, hurle ou brait,
Tant pis por té. Dans man buret
J'vas t'met' et t'soigni comme' j't'aime.
Tu fais l'quiert, t'es cochon tout de même.
- Mais j'm'dépêche de t'rapporter
Car Victouèr' va co disputer. »

Dans l'hât d'l'a cour o l'attendait.
O groussait, grondait, s'morfondait ;
O l'avait prins l'manche à balai !
« Mais qui qu' fait, José, qui qui fait ?
I traîne sa blaude dans quéque café ;
Quand qu'c'est qui va co r'arriver.
Mais j'vas l'derchi, ce grand bégas !
- « Eh bié, me vla ! - Es-tu pé sas ?
- « Ab bié, du coup, tu n'voudrais pas.
Mé sas, mé sas, quand j'nai pris rié.
Jsieux-t-à jeun, j'communierais bié. »
- Tu sens pourtant rudement l'iau-de-vie ! »
- « Ah! n'cause pas comme cha, ma jolie.
J'sieux content, j'ai eu au marché
Un bon p'tit cochon, pas trop ché
Il est gras et biau, I résonne
Itou quasi comme eune personne,
Car por s'moqui d'mé, jcrés bien,
L'long du chemin, i déganait l'quien »
- « Fais-lé vée. Ah! qui qu't'as là-dedans
C'est un quien. I m'mord do ses dents.
C'est un vrai quien. »
« Ah! cré bon sens! »
- « Faut-i qu'j'aie un homme qui soit bête,
A quéque coup m'fra péter la tête.
Faut-i qui sait bête, çu démon,
D'prendre un quien por un cochon.
- « Ah n't'écauffe pas, cré mé, Victoire,
Quand je l'ai acheté sur la foire,
I l'était cochon comme père et mère,
Mais pour qu'i sait devenu quien
Y a d'quay la-dessous qu'est pas chrétien.
Çà deut être une bié drôle de chose;
C'est-i pas eune bêt amorphose.
Y a des sorciers qui pourraient bien
Fair' qu'un cochon devienne un quien. »
- « Y a pas danger qui t'changent en bête, té ;
Y a longtemps qu'c'est fait.
- Victouère ! m'n'érgue pas, tais-té,
J'vas met’ l'quien dans man buret
Et d'main j'verrai c'qui s'est passé ! »
- Là-dessus ils s'en furent se couchi.
Ils n'durent pas biaucoup s'embrachi
Car Victoire, terjous cruelle,
Tournit l'nez du côté d'la venelle
- Le lendemain quand ils s'réveillirent
Ils pensirent au buret, y allirent.
Ils firent des « hélô » ! des « hélas! »
Queriez-mé ou n'me quériez pas,
J'sais bié qu'c'est là un drôl' d'cas
Mais, j'vous l'jure, nom dé nom dé nom
C'est pus fort que d'jouer au bouchon,
L'quien était red'v'nu cochon.

Caen, 15 janvier 1910

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire