mardi 23 juillet 2013

Le Skipper et mademoiselle Odette : fin du deuxième épisode.




2éme  fin de cet épisode
le texte a été retire pour l'avoir sauf le dernier  paragraphe
la mangou@yahoo.fr








la ville de Monthalivet la grand rue














 Le fils d'Andromaque : Astianiax


la Reine  Hécube
Odette fut  régénérée par la force de son personnage Andromaque, ainsi que celle d’Hécube, la folie de Cassandre.  Elle se leva, rangea le matelas,  se prépara un change, se dirigea vers une pompe municipale  pour se rafraichir et toiletter.  Changement de coiffure.  Maquillage : son masque pour  le dehors.  Direction  le bac de Royan.



 Elle chantonnait, elle était à nouveau à Elle. Le bac est en vue. Elle est coincée dans la file.  Quoiqu’il arrive, si,  il arrive,  elle ne peut que prendre le bac. Elle sent qu’une fois à bord, elle se sentira encore plus légère. Elle s’est mise France Culture, c’est le Boléro de Ravel, elle ressent dans l’œuvre de Ravel l’expression de la colère qu’elle avait en elle antérieurement. Elle échafaude le trajet, sa nuit sur le parking de Châtillon en face de la plage.  Attendre le jour pour aller vers le Marais.  Revenir au pays non comme une saltimbanque mais en toubib du marais. Elle se surprend à être fière de çà.  Comme quoi : c’est vraiment du passé. La joie. L’ancêtre d’Odette, le vieux patriarche,  son Priam à elle,  doit être vivant de rire, fier du parcours de sa « Proserpine. »




La voix d’Alain
-      Allo ! où es tu ?  J’ai fait toute l’ombre, je ne te vois pas ?
-      dans la file  du  bac. C’est bientôt mon tour d’y passer. Elle éclate de rire.
-       fais tout pour retarder, j’arrive.
-      Rires.
Les dés sont jetés.  Se dit Odette pimpante.
Odette a su tricher.  Il y a bien un bon quart d’heure entre l’accostage du bac, qu’il se vide de sa cargaison,  refasse le plein de voitures et voyageurs à pied.
Elle sort de l’ambulance, guette  Alain. Son urticaire mentale  s’est transformée en tranquillité.



Il est là,  courant comme un dératé.  Dés qu’il l’aperçoit,  il hisse au bout de sa main un bouquet de fleurs sauvages.
Il arrive.
 La prend dans ses bras, lui prend la tête vigoureusement, lui donne  un baiser.
 Il a clôt le bec à sa pintade.
Ce baiser est torride.
 Odette,  si elle s’est débattue,  fut rapidement acquise à son argument.
Les klaxons de la file tintamarrent gentiment, et complice coup de trompette, pouette pouette.


Alain
-      remets-toi, je prends le volant. Odette  tu m’as donné un coup de sang.
-      tu l’as gagné quand même.
-      Petite Odette,  pardon, nous avons nos démons. Merci. Cette justesse.  De si prés,  m’a fait comprendre que je tenais à notre fête. Cette soirée. Retardée pour mieux sauter dedans. Merci.
Les deux éclatent de rire.

 deus es machina

L’ambulance est sur le bac. Odette est descendue, dirige la manœuvre d’Alain
Alain et Odette vont s’asseoir sur le pont, sur un  banc en hauteur.
« Comme il est large cet estuaire ». Dit Odette.

Fin du 2eme épisode.
Auteure Françoise  la Mangou
salut aux lecteurs lectrices et l'auteure

Si vous y avez gouté et aimé rendez vous  dans quelques jours
Pour participer à leur soirée dans la forêt domaniale
La nuit les petits êtres de la forêt sortent de leur cachette
et comme c’est peut-être
?

gros bisous de frankie


13 commentaires:

  1. Quelle imagination !!! Et ,là dessus, Talmont sur son rocher...............bises du soir, espoir!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est drôle que tu sois dans le clans des lectrices , d'ailleurs en faisant les différentes étapes de construction et corrections , je pensais à de la broderie et aussi j'avais l'image de la patisserie.
      merci de ta lecture.

      Supprimer
  2. Quelle force...le mythe d'Andromaque vient soutenir la réalité, Odette respire les fleurs et souris. Talmont demeure et le skipper a sauvé la face.
    je reviens lire demain à tête reposée
    gros bisous Frankie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui ma chére Josette, tiens odette , josette, çà va bien ensemble,
      le mythe 'andromaque me fut vraiment donné presqu'à la fin aprés énieme correction cadeau de l'écriture et je suis sensible à t raisoonance avec . le mythe entrine avec lui l'annecdote du public et fais sortir de la gadoue la mère Odette
      merci de ta présence avec les mots. Gros bisous

      Supprimer
  3. Quelle verve, bravo ! Dis moi Frankie je t'ai vu dans un épisode de "Femmes de Loi" hier après midi....
    Bisous et bonnes vacances

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour la verve, oui j'ai fait un épisode des femmes de la loi merci de ta lecture gros bisous çà donne du courage pour écrire le 3éme épisode bonnes vancances à toi aussi

      Supprimer
  4. Je suis tes péripéties avec plaisir, bravo .

    RépondreSupprimer
  5. Frankie si je n'ai qu'un mot pour parler d'Odette ça serait ARDEUR ! tu as raison j'ai pensé à elle avec ce texte d'Anna de Noailles. Tu sais tu fais comme tu veux, le blog pour moi c'est "un divertissement" (Un roi sans divertissement est le livre de Giono que je préfère)
    je t'embrasse... à l'ombre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. josette si tu ne connais ce blog tu devrais t'y regaler , le contenu de ce billet me fait penser à la synchronicité entre toi et mi aujourdh'ui avec les poéme d'annade Noailles voici le lien

      http://www.mondeenpoesie.net/2012/01/adonis-vers-un-sens-venir-extrait.html
      gros bisous

      Supprimer
    2. Merci pour ce bon conseil Frankie, encore un beau blog comme la scie rêveuse !
      je suis allée le lire et je l'ai ajouté à mes favoris ...je vois que cette personne est à Quimper ce jour, hélas je n'y serai que dans au moins 2 semaines...
      gros bisous...orageux

      Supprimer
  6. Au-delà de tes écrits ce que j' aime , par-dessus tout je trouve la 1° photo de cette petite fille aux cheveux frisés adorable sans oublier la dernière au milieu des fleurs..Un vrai bain de fraîcheur qui fait tant de bien dans ces moments de chaleur un peu difficile à supporter...
    Bisous Frankie

    RépondreSupprimer
  7. Dans quel manège nous as-tu fait monter? J'en suis toute envertiginée! Merci!

    RépondreSupprimer