jeudi 31 octobre 2013

petite piece d'écriture ; "Les oiseaux sans tête

Un repentir




Les oiseaux sans tête.*
 Vogel zonder kop *1
Blinde vink* 2




 

« Demain, Père dit, je vous fais des oiseaux sans tête ».

"Oh ! la, la !  oiseaux sans tête . Il nous a ramené çà de sa guerre,

oiseaux, pas gentil , il a    le cou ... couper la tête....

une de ses tortures qu’il n’a pas raconté ,

 à moitié mots comment ne pas comprendre  certaines ?

quand il avait les lèvres brulées
 des grenades éclatées de trop prés... 
et autres tatouages  aux poignets bleuis.....


oiseaux sans tête  volent encore

comme le canard de Mémé  continue à marcher

ou l’anguille  qui ondule après le couperet sur la toile cirée

s’ils ne sont  pas gentils ces oiseaux là. 
 Comment les mangerais je ? 
Sans tête ou avec tête ?

Du mauvais dedans çà empoisonne.

Il était fort boucher ,Pére,
 en pâté de tête de cochon.

Je regardais Pére  comme sous un abat jour.

« Papa, c’est plus la guerre ici »


"Ne t’inquiètes, Pompon tu trouveras çà très bon."



Le lendemain dés qu’il fut en cuisine ,

je me postai derrière la porte,

l’œil dans le trou de la serrure,
 l’oreille était  fouineuse :

Couteau sur la planche de bois,

le couteau dans l’oignon qu'il  lamelle,

plus serré avec "rio" léger d'eau  : l’échalote,

le pilon : l’ail.

 Plus rien,

 sauf 8 coups de ciseaux rapides courts.



Et l’odeur  de viande sous la porte avec le mélange des agréments. Le thym, le laurier

« Allez, la  curieuse , viens éplucher les pommes de terre pour la purée »

 "Papa tu m’as gardé les plumes,(temps) ?

 ils n’ont pas du souffrir, (temps) je ne les ai pas entendus  crier.

« Epluches » 

Il me regarde avec sa première tendresse ce qui était si rare chez lui.


Je n’ai jamais attendu un plat avec autant d’impatience.


 Mon cœur battait très fort,

 les autres autour de la table  réagissait banalement





« Oiseaux sans tête » dit-il soulevant le couvercle .

Difficile de voir .

 Chaque oiseau était emmailloté, ficelé

avec  une barde de lard.
 des gousses d’ail entières entre eux, 
 sauce carmin marron,
 sous une légère pluie de printemps 
 persil , appétits,  cerfeuil :
 comme çà sentait bon.
 

Je tendis mon assiette à la demande de papa.

 Déficeler ce pactage .


Ce n’était des oiseaux : un morceau de foie de génisse enroulé dans des bardes de porc.

Il me regarda avec un sourire . Si rare sur son visage d’après guerre. 

Il m’offrit mon premier clin d’œil. 


Ainsi naissait notre  grande complicité.

008
Françoise Pain La Mangou
le nom d'auteure de Frankie



 * Au Moyen Âge, les oiseaux chassés au faucon étaient servis sans tête car celle-ci était traditionnellement donnée au rapace -



 *1 flammand
*2 néerlandais pinson aveugle









 






 ainsi voici venir le soir qui tombe et l'heure de débaucher pour  un dernier jour de travail


à demain 
dans ma nouvelle vie que je vais inventée...

FranKie Mappemonde


4 commentaires:

  1. tu n'arrêteras jamais de travailler... d'écrire et de jouer..pour notre bonheur!
    bon appétit... !

    RépondreSupprimer
  2. Les alouettes sans tête en Provence ce sont des tranches de paleron de bœuf ficelées autour d'un morceau de petit salé avec un hachis d'ail et de persil.
    Je ne connaissais pas ta version mais je suis sure que cela doit être succulent.
    Plus que quelques heures ma Frankie et tu deviens rentière ! ;o))))))
    Quand on connais les rentes, on n'est pas pressé d'y arriver !
    Mais comme le dit Elfi, tu n'arrêteras jamais, jamais.
    Je t'embrasse et bois un coup à ta santé.
    Belle soirée

    RépondreSupprimer
  3. ne t’arrête pas Frankie...tes histoire je les aime trop
    maman appelait les paupiettes ainsi oiseau sans tête des variations suivant les familles et les ressources du moment
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  4. je découvre que cette recette est comme le cassoulet à l'époque de la guerre de cent ans combiné avec ce qu'il y avait et parfois il y avait de l'humain;
    menu de crise délicieux au palais et je vois que toi aussi dans ta famille les oiseaux sans têtes
    et merci de ton encouragement

    gros bisous je vais allez chez toi faire un tour pour ton petit matin.

    bon retour si c'est le cas...

    RépondreSupprimer