vendredi 10 août 2018

Le tocsin de la douzaine d'huîtres : diziéme strophe


10
La Moldo de Smétana
cliquez
https://www.youtube.com/watch?v=gTKsHwqaIr4

La nuit porte conseil.
La fin du monument Guillaume Tell
Il adore mettre sa pomme quelque part et avec la flèche de Cupidon tiré.
La pratique est bien huilée. Tout est calé comme une chorégraphie a succès qui tourne depuis longtemps, reprise même après la mort du chorégraphe.
 Tous les pas marquent au sens, au sang  , à l’économie
avec le maximum de geysers émotionnels.

« L’espoir c’est un renoncement ». J’abdique.
« Le tocsin à la douzaine d’huitres a bien sonné.
Treize à la douzaine » dans le Morbillan, me permit d’envoyer des signes
Ecritures, oraux. 
 Nous ne savons jamais où l’on tombe aujourd’hui en 2018.
Les anglais disent bien : fall in love.

Abandonnons.

Bien souvent ce sont de tous les autres que çà raconte
Ou se repêche de la fosse à "passer".

Corps à corps dans la nuit
Côtes à côtes sans jamais suivre la même destination
Le chemin à l’autre est une page blanche
Les routes de l’homme s’insinuent en son propre cœur.

Pourquoi faut –il que certaines voies soient des impasses ?

C’était peut-être une utopie de dents de lait.
Nous avions bu la même bouche du désir
L’espoir , l’errain de l’endurance.

Je reste sur la première phrase

L’espoir est renoncement.

La lumière parle au propre et au figuré.
Chacun dans ses routes a les hiéroglyphes
 de ses chemins de Dallas (lapsus je garde)  
ses chemins de Damas.

Depuis cet été où je fus beaucoup courtisée,
Vite je  mis en touche les joueurs
Dont  leur jeu
Etait truqué et vite repérable.

Combien d’années m’a –t-il fallues
 pour avoir l’œil perspicace,

La note ancienne qu’ils font taire de leur trébuchement,
nous ne sommes qu'écran
quel prix !
ce droit de passage après cuisses-sages,
des essences, des sels ressentis : la gabelle .

Toujours dans la ligne mélodique du jour.
Heureusement pour moi les objets petit a en écho
Quand je dis oui, c’est du bon, très bon.
BONBANANIA.

J’ai remarqué que l’homme laisse
 pousser ses prairies internes,
Comme le lit profond des fleuves agités,
L’empreinte du destin,
La piste des méduses,
Le pas disparates des crabes, 

il y a pas eu beaucoup d’analyse,-psychanalyse-

Le déni après chambarde tout.

Certains pensent que la pilule bleue résoudra
Atchoum ! le calibré, courir avec la montre
Vous parlez d’un parcours d’obstacle,
Là, encore nous notons : une excision du désir.

Je suis ravie de cette merveilleuse histoire.
Le tocsin sonne à la douzaine de jours 
sans nouvelles
Le treize  jour est une tentative de forcing

Le quatorzième la conclusion poétique

Quand la belle âme troublante
Mérite l’attention du plaisir qu’elle nous a offert.
Il s’appelait Gabriel
Sur la pomme tel Guillaume Tell il tira
avec son arc de Cupidon.
La flèche.
 Il n’a pas eu son Echo, sourd à soi- même,
 Quel dommage !

Sa beauté, sa subtilité, son zèle
 lui fit obtenir le oui 
d’une dame qui dans son dentier avait coincé le oui
 au moins depuis trente ans.

S’attendait-il
 au canal du Panama, de Corinthe, de Suez ?


Fut-ce pour elle qu’un détroit de Gibraltar
La dame côté armée française…
Lui anglaise.
Pas sur.
Non ne le saurons pas.

Manouche un jour avait écrit en commentaire
« L’homme qui vit sans mythe
 mène sa vie dans l’indifférence »,

La dame  est pleine de mythes - d’histoires
Celle-ci sera bientôt 
un conte merveilleux comme celui " du fleuve Amour".

Pour le ravissement des ado, de grands ,des seniors.
La dame dit souvent et pas qu’elle :
 « L’amour n’a pas d’âge »

L'éphémére c'est ce qui est éternel.
Disait un sage.
Il a du le coudre à l'écusson de son uniforme.

Les traces du serpent blanc des sables. 
définition de Mouchkine pour son spectacle Ephémères.
Fin
Frankie Map’s Monde
Droits réservés

merci à Josué Guébo
aux chemins de Babo Naki
poésie l'Harmattan 

que j'ai lu hier soir et qui m'a soufflé de belles images.
merci
Josué Guébo
je viens de terminer son magnifique ouvrage et je vous invite à découvrir cet auteur
 j'ai les poils qui se dressent sur la peau tant cet homme est à lui seul un condensé subtile de l'histoire de son pays
des humains, ce que les livres de la psychanlyse disent en trois cents pages lui c'est en quelques vers
Philosophe dans son regard 

vraiment nous avons besion de lire de tel livre, le monde hurle de partout, nous ne pouvons plus rester dans nos reserves, 
et c'est de la poésie.

Vous pouvez me faire absolument confiance.

 KUPKA

 PierPassollini
 fiesta avigon 2017



 des grands chemins blog





 Piéce Fiesta Avignon 2017 grand palais
Carlo Brant un de mes grands acteurs préférés françaisjeune

mercredi 8 août 2018

Le Toscin de la douzaine d'huîtres à sonner à l'aube

Il y a quand nous rencontrons quelqu'un , que l'intime  touche la nudité de l'être, une  zone d'enveloppement protecteur qui permet de se réapproprier avec plus de conscience la grandeur , la qualité de l'échange.

La fécondité de cet instant est disout .Vous le presupposez la veille  , au petit matin, il n'y a plus de bulle qu'une cacophonie de coquilles d'huitres qui rendent sans filtre l'acuité du monde en décadence.

Les jours furent compter cette fois-ci en   en douzaine d'huitres.Cet homme était une perle  des Atols. Cela ne l'a pas aidé à deshabiter la peur de l'autre. Il ose encore, le défi de la rencontre.

Le Toscin de la douzaine d'huîtres.
Trouvailles du jour

Je sens qu'avec les rafraichissements mes neurones vont reprendre leurs élucubrations des métaphores.

Je dois faire gaffe , de moins en moins de personne ne les entendent.

Même les généraux , enfin un de mes fréquentations.
La carthésie cloutée à son cerveau gauche. Rien affaire. Si ce n'était obcéne à l'espéce humaine ce serait drôle.

je trouve tellement gaie dans les livres les métaphores. C'est le lieu de mon ivresse de lectrice et d'écrivain.

La ligne éditoriale d'aprés Anna MoÏ semblerait  les reduire   les réduire... 
 

J'avance dans l'humour cynique alors laissons passer "Le tocsin de la douzaine d'huîtres" retrouvons la paix.

Je dois écrire un article pour une revue de psychanalise et d'ostéopathie alors , la clé de sol est donnée.

Toujours noté en haut de sa copie l'état météorologique du climat, et aussi celui de l'humeur intérieure.
Ca aide dans la rééqualisation dans la 'occorrection' des derniers jets avant envoie...

Baisers de la plage sans mer. Ce coup de chaud l'a fait s'évaporer . 

"On ne nous dit pas tout !"
Faut bien que la vagues des touristes d'aôut partent en vacances. Et comme il y a aujourd'hui de moins en moins de gens qui se croissent. Même à table les gens ne parlent plus ensemble, ils consultent ensemble leur portable indéfinimentleur heure ainsi ce compte en voie lactée.A ce demander est-ce les étoiles ou les biberons de lait?

J'ai du retard, je suis encore dans les forêts profondes de mon imaginaire archaïque, je crois trouver à chaque clairière la vapeur du destrier de mon prince charmant.


Assez le petit coup de folie de votre Frankie Map's Monde.



Kupkas au grand palais

 la vie à certains moments est un passage d'écluse .
Retrouver son fleuve 
 à soi aprés.......
..
aquarelle de frankiepour son marathon sur le cochon dans le Cantal

tournage dans le musée Baccara, je joue la comtesse Baccara

lundi 6 août 2018

La chaleur

Elle me porte plus aux travaux d'aiguilles que de plumes.

je suis de tout coeur avec vos ombres du soleil.

bientôt la Bretagne l'air iodé , mon monastére

 en attendant j'essaie de faire du rangement.
je suis encore à la Grange aux Boucs

Si fraîche et pleine de visite mystérieuse

Fraicheur , galaktica comme le clip MCSolar dans lequel j'ai tourné. 
Je lis.

Frankie


aquarelle de Frankie

vendredi 3 août 2018

24 heures chronos

désolée chers lecteurs et lectrices mon mot pour la Photo du dernier 24 chronos était de vous le représentez par vos voies d'imagination
 non de vous le montrer
Vous étes tellement gâtées de belles photos que je n'allais pas vous satisfaire,
 ma tristresse aurait ébranlé
 le monde vécu aurait touché

j'apprends à me protéger,
 à ne plus mettre les textes que j'adore,

les plats  pris cette dernière année
m'a appris la prudence,

J'ai peu de moyens , je me satisfais de peu
 cela n'empéche que ce soit grand.
mais pour vous...!


alors je dois être vigilance,
 la chaleur enferme encore plus les gens,
les rend nerveux, méchants dans la rue ect..

alors j'aime la vie ,
et je voudrai pas à force de dérapages  la quitter.

l'image du jour :


 Mon ami Hamed de la rue ménilmontant 
porte du berret basque,
c'est ce détail qui m'avait fait rentré dans son bar 
et aprés sa sympathie,
il m'acceuillait pour des lectures  hautes voix
 avec mes jeunes auteurs
depuis plus de 6 mois
 le bar est fermé ,
 je n'ai plus vu mon basque du magreb,
 il manque à mon paysage de tendres et
 de terres d'acceuil,
Je lui avait offert cette chemise , nous étions dans une séance d'essayage
 il était très troublé que je le prenne en photo
Que la vie me le remette sur mon chemin.
 Virgin Mégastore  pour la musique au Louvre c'est mon dos
18O projecteurs sur le dos 
 8 heures de réglages
 avant la prise de vue.
3 semaines de négociation , 
j'avais lesplus beau gros dos de Paris
 j'ai tenue la négociation 3semaines

par ces temps de chaleurs je me mettrais à vivre nue comme Augustine dans le film "Protéger et servir"avec Corniac, et Gad Mérade

je protége ma fesse par de l'art africain  l'écrassement de boite de cocacolas 
dans le travail de la rouille


Elle pourrait s'appeler Galice comme le prénom donner  de ma fille dans une de mes piéces de théatre "le visage de l'amour".
c'était en 1981 ma maman et moi Pour voir les autres 24 heures chronos
cliquez sur le lien
chemindestables.over-blog.com


belle semaine encoe du hot chaud .

samedi 28 juillet 2018

24 heures chrono

Retour de Normandie,

Comment fotographier
l'amour , la douceur
la tendresse
 l'attention,
le miracle de la famille,
des êtres qui possédent encore des valeurs d'êtres ?

La grange aux boucs était une suite au Carlton.

Chien, chat, oiseaux étaient non dans le decor, mais dans la maison
 comme des êtres avec leur place

Non, je n'ai pas rêvé.
J'étais vivante 
 je vivais  un paradis.

Je le rêvai, je ne le connaissais pas  cet état d'être.
Si dans l'enfance
 dans la ferme
 du  mon pépé et de la mémé Mangou.

La personnalité 
de la grande Dame Mémé Minouche
 est la clé de voute,
 et son ami complice Michel 
est un être aussi d'exception.

J'ai eu raison de rêver si fort,
 le rêve a  craqué sa toile d'irréalité
et à germer, ensemencer ce réel
que je viens de vous conter.

.
Et ma langue sera petite
 dans le recit 
 c'est une 'fotographie' 
ce que je vous écris
à Vous très chers amis lectreurs et lectrices,
 de la faire dans votre tête avec vos images.

Je vais tenter de dérusher cette semaine.

en attendant cliquez pour voir les autres images  du chrono de la semaine

chemindestables.over-blog.com


dimanche 22 juillet 2018

je me mets en vacances

Une petite virée dans ma grange aux boucs en Normandie.
pas d'ordi.
les livres , les crayons de couleurs,
alors je prepare la maison pour mon retour
je vous mettrai la fin de la traversée des apparences d'Olivier dentier au retour
et en attendant sachez que vous êtes dans un petit coin de mon coeur.

Gaspar Noe le r
Une petite virée dans ma grange aux boucs en Normandie.
pas d'ordi.
les livres , les crayons de couleurs,
alors je prepare la maison pour mon retour
je vous mettrai la fin de la traversée des apparences d'Olivier dentier au retour
et en attendant sachez que vous êtes dans un petit coin de mon coeur.

Gaspar Noe le réalisteur de mon avant billet.
une grande amitié entre nous. 
et "Seul contre tous" etCarne nous ont lié à vie

réalisteur de mon avant billet.
une grande amitié entre nous. 
et "Seul contre tous" etCarne nous ont lié à vie
Bye bye
frankie
Bye bye
frankie